Méditations Eucharistiques du Rosaire

Méditations Eucharistiques du Rosaire

Aimer Jésus avec le Cœur de Marie

Le ROSAIRE EUCHARISTIQUE

 

Nous avons trouvé dans les écrits de Saint Pierre –Julien Eymard, fondateur de la Congrégation  du Très Saint Sacrement,  trois textes importants composés de sa propre main: une neuvaine en l’honneur de Notre Dame du Saint Sacrement (NDSS), un Chemin de Croix Eucharistique et un texte de méditation du Rosaire Eucharistique. Ces deux  derniers textes constituent tour à tour une méditation eucharistique du chemin de croix et du rosaire ordinaires.  Alors que notre peuple se perd dans une recherche d’expression eucharistique propre(1), ce Rosaire se voit être un véritable instrument de prière pour  l’adoration eucharistique, surtout individuelle. 

            I.          La valeur du Rosaire

 

«  Le Rosaire est ma prière préférée. Une merveilleuse prière! Merveilleuse dans sa simplicité et dans sa profondeur. Dans cette prière, nous répétons encore et encore les mots que la Vierge Marie entendit de l’Archange et de sa cousine Elisabeth. L’Église tout entière s’associe à ces mots. Derrière les mots de l’Ave Maria, l’âme visualise les principaux événements de la vie de Jésus-Christ… Une prière si simple et si riche. Du plus profond du cœur, je vous exhorte tous à le réciter »(2)

 

  I.          PROCEDURE de récitation :

 

Le R.E. se récite comme le Rosaire Ordinaire, excepté le fait qu’à la place de l’Ave Maria, nous disons :

« NDSS, PRIE POUR NOUS AFIN QUE NOUS DEVENIONS CE QUE NOUS RECEVONS DANS L’EUCHARISTIE »

A) Au début :

· Allumer la Bougie

· Faire le signe de la croix

· Faire une invocation de l’Esprit Saint (avec une prière de son choix)

· Faire l’Acte de contrition

· Préciser l ‘intention de prière

· Réciter le ‘Credo’

· Réciter un ‘Notre Père’

· Réciter trois fois (3 x) l’oraison jaculatoire : « NDSS, prie pour nous afin que nous devenions ce que nous recevons dans l’Eucharistie »

· Réciter un ‘Gloire au Père’.

B) Méditations des Mystères :

· Énoncer le mystère à méditer

· Réciter un ‘Notre Père’

· Réciter 12 x l’oraison jaculatoire: ‘’NDSS, prie pour nous …’’

Réciter un ‘Gloire au Père’.

II.          LES MYSTERES DU R.E. : 10×12 grains


Mystère                Couleur        Vertu, grâces

  

1. L’Annonciation

(Lc 1, 26-38)            Blanc                  Pureté, disponibilité

2. La Visitation 

(Lc 1, 35-48)            Jaune               Joie

3. La naissance de Jésus 

(Lc 2, 1-21)             Vert                  Louange, Adoration

4. La présentation de Jésus au temple

(Lc 2, 22-39)           Doré                 Richesse, Consécration,

5. L’exil en Égypte 

(Mt 2, 13-23)          Violet               Compassion, pénitence

 6. Jésus retrouvé au Temple         

 (Lc 2, 41-52)          Bleu                 Paix

7. Le  mariage à Cana 

(Jn,2, 1-12)             Rose                      Amour

8. La montée de Jésus au  Calvaire 

(Mc 15,17)    Noir ou chocolat Espérance,  Consolation,

9. Marie au pied de la Croix

(Jn 19, 25-27)         Rouge              Don de soi,                                                                                  sacrifice de réparation

10. Marie au Cénacle

(Ac 1, 14)                Blanc marbre          Unité

 

Prions : « O Dieu, tu as voulu que Marie soit ton Humble Servante bénie entre toutes les femmes, et tu as fait que l’Esprit Saint la couvre de son ombre pour qu’elle devienne la Mère de ton Fils Incarné, qu’elle enfante Celui qui l’a créée. Accorde, nous t’en prions, par l’intercession de Notre Dame du Saint Sacrement, de recueillir les fruits de notre Rédemption et de demeurer fidèles à notre mission de porter Jésus Présent dans l’Eucharistie au monde qui l’ignore. Que sa prière nous obtienne la grâce dont nous avons besoin [ajouter la grâce qu’on veut demander au Seigneur]. Par Jésus-Christ Notre Seigneur. Amen ! »

  1. III.      Les différents regards de Marie

Ainsi 10 regards en rapport aux 10 présences d’amour de Marie aux côtés de son Divin Fils.  Marie est la Vierge qui :

  1. accueille (Annonciation)= regard intérieur,
  2. chante (visitation)= regard pénétrant,
  3. donne, féconde (naissance)= regard contemplatif,
  4. offre (présentation au temple)= regard ouvert,
  5. compatit (exil en Egypte)= regard compatissant,
  6. prie, écoute (recouvrement au temple)= regard d’abandon,
  7. aime (Noces de Cana) = regard ardent, radieux,
  8. espère (montée au Calvaire)= regard confiant,
  9. pardonne, répare (Crucifixion)= regard douloureux,
  10. rassemble (Cénacle)= regard victorieux.

 

          IV.          Méditations Eucharistiques du Rosaire

« Quand nous prions le Rosaire devant le Saint Sacrement, NOUS AIMONS JESUS AVEC LE CŒUR DE MARIE. Quand nous prions le Rosaire devant Jésus au Saint Sacrement, nous offrons à Jésus la parfaite adoration de Marie.

N

ous unissons notre amour pour Jésus à la louange et l’amour parfait de Marie. Jésus accepte notre heure d’adoration COMME SI C’ETAIT MARIE ELLE-MËME QUI PRIAIT. Peu importe la faiblesse de notre foi ou la pauvreté de notre amour, Marie nous place dans son cœur et Jésus accepte notre heure comme si elle provenait directement du cœur même de sa Mère. Le cœur immaculé de Marie supplée à ce qui manque à notre propre cœur.

Les vingt mystères du rosaire sont en relation et sont centrés sur le mystère principal de notre foi, la Sainte Eucharistie où "l’œuvre de notre rédemption s’accomplit" (Vatican II). L’Eucharistie continue et actualise les vingt mystères du rosaire.

Lorsque nous venons à l’Eucharistie, nous venons à Bethléem, car l’Eucharistie est le prolongement de l’incarnation du Christ sur la terre. Voilà le thème des mystères joyeux. Vivre les mystères joyeux: l’obéissance, la confiance, l’adoration, la consécration de Marie, voilà la cause de notre joie.

Lorsque nous venons à l’Eucharistie, nous venons au Cénacle , car « passant de l’Enfance de Jésus et de la vie à Nazareth à sa vie publique, nous sommes amenés à contempler ce mystère que l’on peut appeler, à un titre spécial, ‘’Mystère de Lumière’’. En réalité, c’est tout le mystère du Christ qui est lumière. Il est la ‘’Lumière du monde’‘(Jn 8, 12). Mais cette dimension est particulièrement visible durant les années de sa vie publique, lorsqu’il annonce l’Évangile du Royaume »(J-P II, RVM, 21). Chacun de ces mystères est une révélation du Royaume (Eucharistique à venir) désormais présent dans la personne de Jésus et dont l’Institution de l’Eucharistie est une expression sacramentelle du mystère pascal. Voilà le thème des mystères de lumière.

Lorsque nous venons à l’Eucharistie, nous venons au calvaire, car Jésus y renouvelle le sacrifice parfait de la croix et continue de s’immoler par amour pour nous où "la victoire et le triomphe de sa mort s’actualisent de nouveau." (Vatican II) L’Eucharistie est le fruit de la Passion du Seigneur. Voilà le thème des mystères douloureux….

Lorsque nous venons à l’Eucharistie, nous venons à la Résurrection, car c’est la demeure du Christ ressuscité ! De son trône, il est le Bon Pasteur qui nous garde. L’Eucharistie est un avant-goût du ciel et une anticipation de la gloire future qui nous attend, où nous aimerons Dieu avec l’amour de même Dieu. Voilà le thème des mystères glorieux. …

Le Cœur de Marie est la porte qui mène directement au Cœur de Jésus. Marie est la porte par laquelle nous entrons dans le Sacré-Cœur de Jésus. PUISQUE MARIE EST "COMBLÉE DE GRÂCES", CHAQUE ‘NDSS, PRIE POUR NOUS…’ OUVRE NOTRE ÂME AUX PRÉCIEUSES GRÂCES QUI ENRICHISSENT NOTRE ESPRIT, AUGMENTENT NOS VERTUS, ET NOUS CONDUISENT À UNE UNION PLUS PROFONDE AVEC LE Cœur EUCHARISTIQUE DE JÉSUS. Les Cœurs de Jésus et de Marie forment une union si parfaite qu’à chaque ‘NDSS, prie pour nous…’,  nous rentrons en communion avec l’esprit même de Jésus comme un ‘souffle spirituel’ d’inspiration divine qui vivifie notre âme.

Ces  méditations peuvent être utilisées en public ou en privé pour aider les fidèles à faire une heure d’adoration fructueuse avec Jésus au Saint Sacrement en union avec Marie, la parfaite adoratrice. La méditation peut se porter sur les mystères joyeux, de lumière, douloureux  ou glorieux. Ces vingt mystères ont un lien commun et prennent vie dans le mystère central de notre foi: la Sainte Eucharistie. Pour chaque mystère, il est conseillé de lire d’abord le mystère correspondant, d’en faire une médiation en rapport avec l’Eucharistie, puis réciter la douzaine du chapelet qui comprend un ‘Notre Père’, douze ‘NDSS, prie pour nous’, et un ‘Gloire au Père’.


 

            V.          Modalités de récitation du Rosaire Eucharistique

 

 Le R.E. procède de la méditation de l’Institution de l’Eucharistie, l’un des Mystères Lumineux du Rosaire Ordinaire. Marie, c’est Notre Dame du Saint Sacrement, la Femme Eucharistique, la Femme par Excellence. Le R.E.  se récite comme le Rosaire Ordinaire, sauf:. Sur les petits grains, à la place de l’Ave Maria, nous disons l’Oraison jaculatoire suivante : « NDSS, prie pour nous afin que nous devenions ce que nous recevons dans l’Eucharistie »   

  1. 1.   La salutation à NDSS
  2.  « Notre Dame du Saint Sacrement,
  3. Prie pour nous
  4. Afin que nous devenions ce que nous recevons dans l’Eucharistie »

Nous avons là trois expressions comparativement aux trois salutations de l’Ave Maria.

  1. « Notre Dame du Saint Sacrement » : la louange à la Vierge Marie.

‘’Je vous salue Marie, Pleine de grâce, Le Seigneur est avec vous !’’

C’est le titre que confère Saint Pierre-Julien Eymard à la Vierge Marie lors de sa vision du 21 janvier 1856 au Sanctuaire Marial de Fourvière (France) où il se retrouvait en prière. En effet, Marie est « Notre Dame » parce que Mère, Modèle, Initiatrice et Dispensatrice des grâces eucharistiques. Elle est, du reste, selon l’expression chère du Père Eymard, Apôtre de l’Eucharistie.  

        En 2005, presque 150 ans après, le J-P II, dans son dernier Encyclique ‘’Ecclesia de Eucharistia’’ nomme Marie sous le titre de ‘’Femme Eucharistique’’[1] : c’est « par sa vie tout entière, que Marie est une femme eucharistique ». Il situait ainsi la relation intrinsèque et toujours profonde qui unie Marie et l’Eucharistie.  « Si Eglise et Eucharistie constituent un binôme inséparable, il faut en dire autant du binôme Marie et Eucharistie »[2] Le Saint-Père voit en Elle une Mère et un modèle de vie eucharistique : « Maitresse dans la contemplation du visage du Christ (Rosarium Virginis Mariae), Marie est ici désignée comme Mère et Modèle du Saint Sacrement.(considérez l’expression NDSS) Il suffit de refaire le parcours de ‘’toute sa vie aux côtés du Christ’’ pour découvrir combien ‘’Marie a fait sienne la dimension sacrificielle de l’Eucharistie »[3]. Aussi peut-on imaginer les sentiments qui animaient son cœur de Mère au Cénacle pendant que les Apôtres refaisaient la fraction du pain (Ac 1, 14 ; 2, 42ss) : ‘’Ceci est Mon Corps, Ceci est Mon Sang’’. (Lc 22, 19). « L’Eglise voit en Marie, Femme Eucharistique son Icône la mieux réussie et elle la contemple comme modèle irremplaçable de vie eucharistique »[4]. Elle est la Tota pulsche…

Toute la Grande Famille Eymardienne voue un pieux culte à ce nom béni.  Approuvé déjà par de nombreux évêques et enrichi d’indulgences pour leurs diocèses, ce titre a été acclamé au Congrès Eucharistique de Lourdes (1858) et authentifié avec foi par un Rescrit de Sa Sainteté Pie X le 30 Décembre 1905 par ces mots : « A tous ceux qui devant le Très Saint Sacrement exposé, réciteront l’oraison jaculatoire suivante : ‘’Notre Dame du Très Saint Sacrement, prie pour nous’’, nous accordons une indulgence de 300 jours »[5]. L’on devine toute l’immense la joie. Notre invocation est bénie, notre louange est authentique.

  1. « Prie pour nous » : la prière d’intercession // Sainte Marie, Mère de Dieu, prie pour nous !

« Grands interprètes de la piété eucharistique » », dans les saints, la théologie de l’Eucharistie acquiert toute la splendeur du vécu, elle nous ‘’imprègne’’ et nous ‘’réchauffe’’. Aussi l’Eglise leur offre une intercession et nous exige de nous mettre à leur école : ‘’Prie pour nous’’. Et Marie, en qui, plus qu’en quiconque, le Mystère de l’Eucharistie resplendit comme Mystère Lumineux’’, nous sommes invités à l’écoute, nous tournant vers elle, comme à notre Mère, et Modèle[6].

c.  « Afin que nous devenions ce que nous recevons dans l’Eucharistie » : la demande de l’Eglise // Pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Amen.

Saint Augustin n’a-t-il pas dit « devenez ce que vous recevez dans l’Eucharistie ». Aux prêtres qui président l’Eucharistie chaque jour, il recommande de  devenir ce qu’ils célèbrent. Il s’agit d’une certaine identification (émanation) au Christ Eucharistique qu’ils proclament à la manière de Saint Paul : ‘’ce n’est pas moi qui vit, c’est le Christ qui vit en moi’’ (1 Co 6, 20). Le Missel Romain précise: « accorde-nous, Seigneur notre Dieu, de trouver dans cette communion notre force et notre joie : afin que nous puissions devenir ce nous avons reçu : le Corps du Christ »[7].  Et ce que nous recevons dans l’Eucharistie, ce n’est que ‘’le sacrement du Corps du Christ’’, ‘’l’interface’’, ’’le sacrement du pain consacré qui permet au Corps du Ressuscité d’être dans l’Eternité de Dieu et en même temps là pour le peuple réuni autour de l’autel’’. Fruit des entrailles de Marie, nous recevons dans le Verbe Incarné  en même temps ‘’l’auto communication de Dieu’’[8]. Ainsi les cinq grâces eucharistiques décrites là-haut : la sainteté puisque pain réservé aux Anges du Ciel, le salut ou l’immortalité ; la réparation, le pardon de nos péchés ; la restauration ou la guérison physique et finalement la transformation de notre état de vie à la ressemblance au Christ présent dans l’Eucharistie.  Le Corps du Christ étant un réseau de relations à trois réalités imbriquées (le cosmos, moi-même et les autres), par notre communion, le Ressuscité entre dans la chair du monde. Découvrir donc dans un morceau de pain l’histoire du monde et de l’humanité en concentré.

        Ainsi, le miracle qui s’accomplit dans la célébration eucharistique comme dans l’adoration  s’opère de la même manière qu’en priant le Rosaire Eucharistique. Marie n’est jamais plus près de nous qu’au moment où nous célébrons notre union avec son Divin Fils présent dans l’adorable eucharistie : ‘’par l’intercession de la Bienheureuse Vierge Marie, que l’Esprit Saint allume en nous la même ardeur dont les disciples d’Emmaüs firent l’expérience (Lc 24, 13-35) et qu’il renouvelle dans notre vie l’émerveillement eucharistique pour la splendeur et la beauté qui resplendissent dans le rite liturgique, signe efficace de la beauté infinie elle-même du saint mystère de Dieu’’[9].

« Notre Dame du Saint Sacrement, prie pour nous afin que nous devenions ce que nous recevons dans l’Eucharistie ».

Et Notre Dame nous obtient ce dont nous avons besoin quand nous le lui demandons avec foi, espérance et amour (Mt 6,9 ; 1 Co. 13).

             VI.          La Litanie de NDSS

 

Seigneur, aie pitié de nous

Ô Christ, aie pitié de nous

Seigneur, aie pitié de nous

Ô Christ, écoute-nous

Ô Christ, exauce-nous

Père Céleste qui es Dieu, aie pitié de nous

Fils Rédempteur du monde qui es Dieu, aie pitié de nous

Esprit Saint qui es Dieu, aie pitié de nous

Trinité Sainte qui es un seul Dieu, aie pitié de nous

 

  1. Sainte Marie, Notre Dame du Saint Sacrement

= ‘’Intercède pour nous auprès du Christ présent dans l’Eucharistie’’   ou simplement ‘’Prie pour nous !’’

  1. Bénie entre toutes les femmes
  2. Bien-aimée de Dieu,
  3. Comblée de grâce,
  4. Demeure de Dieu,
  5. Disciple du Seigneur,
  6. Espérance des oubliés,
  7. Femme eucharistique
  8. Femme par excellence
  9. Force des mourants,
  10. Force des persécutés,
  11. Gardienne des enfants,
  12. Humble Servante du Seigneur,
  13. Mère attentive aux joies des cœurs,
  14. Mère compatissante,
  15. Mère de l’Eglise-Famille,
  16. Mère de l’Eucharistie,
  17. Mère de l’Unité,
  18. Mère de la joie,
  19. Mère de Lumière,
  20. Mère des abandonnés,
  21. Mère des Apôtres,
  22. Mère des Consacrés,
  23. Mère des pèlerins,
  24. Mère des Prêtres,
  25. Mère des prisonniers,
  26. Mère des Prophètes,
  27. Mère des sans voix,
  28. Mère du grand recours,
  29. Mère du Messie,
  30. Mère du Seigneur,
  31. Mère du Verbe Incarné,
  32. Modèle d’Obéissance,
  33. Modèle de vie eucharistique
  34. Notre Avocate auprès du Christ,
  35. Notre Dame de secours,
  36. Notre Dame des douleurs,
  37. Patronne des adorateurs du St Sacrement
  38. Première Adoratrice du St Sacrement,
  39. Recours dans l’affliction,
  40. Reine des martyrs
  41. Reine de Paix,
  42. Rempart de la foi,
  43. Tabernacle de l’Amour,
  44. Tabernacle de la Vie
  45. Tabernacle du Salut
  46. Temple de l’Esprit Saint,
  47. Temple du Seigneur,
  48. Vierge des pauvres,
  49. Vierge des vierges,
  50. Vierge du Magnificat,
  51. Vierge féconde,
  52. Vierge Mère,
  53. Vierge qui accueille,
  54. Vierge qui écoute,
  55. Vierge qui offre,

Agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde, pardonne-nous, Seigneur,

Agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde, exauce-nous, Seigneur,

Agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde, aie pitié de nous, Seigneur,

 

V/ Prie pour nous, Notre Dame du Saint Sacrement,

R/ Afin que nous devenions ce que nous recevons dans l’Eucharistie.

Prions : « O Dieu, tu as voulu que Marie soit ton Humble Servante bénie entre toutes les femmes, et tu as fait que l’Esprit Saint la couvre de son ombre pour qu’elle devienne la Mère de ton Fils Incarné, qu’elle enfante Celui qui l’a créée. Accorde, nous t’en prions, par l’intercession de Notre Dame du Saint Sacrement, de recueillir les fruits de notre Rédemption et de demeurer fidèles à notre mission de porter Jésus Présent dans l’Eucharistie au monde qui l’ignore. Que sa prière nous obtienne la grâce dont nous avons besoin [ajouter la grâce qu’on veut demander au Seigneur]. Par Jésus-Christ Notre Seigneur. Amen ! »

 VII.          Marie, Apôtre de l’Eucharistie

(cfr Saint Pierre Julien Eymard)

« Marie se dévouait tout entière à la gloire eucharistique de Jésus. Elle savait que le désir du Père céleste était de voir l’Eucharistie connue, aimée et servie par tous; que le besoin du cœur de Jésus était de communiquer aux hommes tous ces dons d grâce et de gloire; que le Saint Esprit avait pour  mission d’étendre et de perfectionner dans tous les cœurs le règne de Jésus-Christ; que l’Église n’avait été fondée que pour donner Jésus au monde…

Tous les désirs de Marie étaient donc de glorifier Jésus au Saint Sacrement, de le faire connaître, et aimé et servi par tous.

Depuis le calvaire, les hommes étaient ses enfants, elle les aimait avec la tendresse d’une mère et voulait leur souverain bien autant que le sien propre: voilà pourquoi elle brûlait de faire connaître à tous Jésus au Saint Sacrement, d’embraser les cœurs de son amour, de les voir tous liés et enchaînés à son  aimable service.

Pour obtenir cette grâce, Marie faisait une mission perpétuelle de pénitence et de prière au pied de la très adorable Eucharistie; elle y traitait du salut du monde: dans son zèle immense, elle embrassait les besoins des fidèles de tous les lieux et de tous les temps à venir, qui devaient hériter de la sainte Eucharistie et la servir…

Les adorateurs partagent la vie te la mission de Marie au pied du Très Saint Sacrement: c’est la plus belle de toutes les missions… aujourd’hui plus que jamais, il faut des hommes qui désarment, par leur immolation propre, la colère de Dieu irrité contre les crimes toujours croissants des nations: il faut des âmes, qui par leurs instances rouvrent les trésors de la grâce qu’à fermés l’indifférence générale; il faut des adorateurs véritables, c’est-à-dire des hommes de feu et de sacrifice; quand ils seront nombreux autour de leur divin Chef, Dieu sera glorifié, Jésus aimé; les sociétés redeviendront chrétiennes, conquises à Jésus-Christ par l’apostolat de la prière eucharistique… »

« En toutes choses, faites eucharistie », écrit Saint Paul aux Théssaloniciens(5,18). Faire eucharistie, non pas seulement dans la liturgie mais en donnant notre vie pour qu’elle s’use et se consume à la manière de Jésus.  Et ça, seule Marie peut mieux nous l’apprendre.


[1] J-P II,  Encyclique ‘’Ecclesia de Eucharistia’’, 53

[2] Idem, 57

[3] Idem, 56

[4] Benoît VXI, SC,

[5] TESNIERE A., Mois de Notre Dame du T.S. Sacrement. Méditations extraites des écrits du Vénérable Pierre-Julien Eymard, Fondateur de la Congrégation du T.-S. Sacrement (huitième édition), Cameraci, Petit Messager du T.S. Sacrement, 1912,  p. VII

[6]  J-P II,  Encyclique ‘’Ecclesia de Eucharistia’’, 62

[7] Oraison après la communion de la 27è semaine du temps ordinaire

[8] Nouvelles expressions utilisées lors du dernier Congrès eucharistique tenu à Québec en juin.

[9] Benoît XVI, Exhortation Apostolique Sacramentum Caritatis, 96-97

About these ads

À propos de mayesi

je suis fier de mon Blog. Merci
Cette entrée, publiée dans Uncategorized, est taguée . Bookmarquez ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s